Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique
Crécet

Connaissance et valorisation du patrimoine ethnologique et technique en Basse-Normandie

 

Recherche et documentation

Le cadre de la recherche

La connaissance du patrimoine ethnologique constitue l'un des axes essentiels de l'activité du CRéCET. Celui-ci élabore et conduit, seul ou en partenariat, des programmes de recherche ou de documentation. Généralement très impliquée sur le territoire régional, la recherche vient en soutien à des projets de développement local, d'investissements culturels et touristiques, de politique de gestion de l'espace, de relance d'une activité traditionnelle,... Cette activité concerne également les projets d'expositions, de publications ou d'audiovisuels des acteurs de terrain, projets dont il s'agit également de nourrir les contenus. Elle peut également se situer en amont de tous projets et contribuer à en définir ou préciser les objectifs et orientations. Ces programmes peuvent être courts, en réponse à une demande ponctuelle, ou être réalisés sur plusieurs exercices. La plupart d'entre eux sont de fait menés en coopération : Fédération nationale des Parcs naturels régionaux, Parc Naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, Maisons Paysannes de France, musées de société et musées techniques de la région, entreprises, ...Certains programmes ont bénéficié de crédits de recherche du ministère de la Culture (Mission à l’ethnologie).


Les principales thématiques

Les recherches menées par le CRéCET portent naturellement sur des terrains et objets directement liés aux réalités actuelles de la région.

Ces dernières prennent leurs racines dans une histoire où ont longtemps dominé la ruralité, une agriculture et un élevage prospères, ainsi qu'un artisanat diversifié présent sur l'ensemble du territoire.

Le renouveau industriel qui s'est fait jour après la Seconde guerre mondiale ne doit pas faire oublier, malgré diverses exceptions, le processus de désindustrialisation qui a affecté la région à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, non plus que les nombreuses fermetures d’établissements opérées dans les deux dernières décennies dans les secteurs de la sidérurgie, du textile ou plus récemment de l’électroménager.

Ce constat vaut également pour les activités maritimes civiles, de pêche notamment, qui après un siècle de « creux de vague » ne trouvent un regain de dynamisme et ne se modernisent véritablement qu'après-guerre, pour ensuite subir – pour ce qui concerne la pêche – une forme de reflux lié à l’encadrement de cette activité par les instances européennes (plans de restructuration des flottilles).

Enfin, la Seconde guerre mondiale - particulièrement dévastatrice en Normandie - a induit une reconstruction qui ne fut pas seulement de logements en milieu urbain ou rural mais toucha aussi bien l'agriculture que l'industrie et les mentalités de la population ; jetant en fait les bases du développement et de la modernisation de la région durant les « Trente glorieuses ». Ici comme ailleurs, celles-ci furent une période de bouleversement profond des cadres traditionnels - matériels et immatériels - de la société, en raison notamment de l'exode rural, de l’arrivée de populations d’origine étrangère, de l'urbanisation, de la croissance et de la consommation. Avec la crise des années 1975 et ses incertitudes, des préoccupations se firent jour en matière de patrimoine, notion désormais élargie aux multiples champs de l'activité humaine auxquelles il s'est agi de répondre, en évitant de tomber dans les pièges du passéisme et du repli identitaire.


La nature des thèmes, les objectifs des recherches et études menées par le CRéCET sont marqués par ce contexte. Sans être exhaustif, on notera par exemple des travaux relatifs au milieu maritime : Inventaire du patrimoine naval de Basse-Normandie, étude sur le patrimoine et les activités maritimes en Nord-Cotentin, étude sur les métiers de la pêche sur la côte Est du Cotentin, recherche sur les fêtes de la mer.

Il s'agissait d'accompagner et d'alimenter le contenu les multiples initiatives, notamment muséographiques, qui se sont fait jour dans les années 1980 en ce domaine, ou encore d'asseoir sur des bases tangibles les décisions des institutions publiques en matière de sauvegarde et protection.

En matière de savoir-faire techniques, diverses études répondant à des objectifs de relance et valorisation d'activités artisanales et agro-alimentaires ou encore de gestion de l'espace ou du bâti ancien ont été menées : savoir-faire traditionnels de la construction ; recherche et inventaire des savoir-faire fromagers ; savoir-faire et technique du filet brodé dans le Perche ; savoir-faire et pratiques innovantes dans l'entretien des paysages des zones humides ; rôle et avenir des marais communaux de l'isthme du Cotentin.

Des études ont également été menées sur des sujets aussi divers que les savoir-faire traditionnels des jardiniers du Bocage normand, ou encore - autour des questions de sociabilité notamment - sur les mineurs du Molay-Littry (Calvados), la reconstruction et les cités d'urgence de Saint-Lô, les confréries de charité en Pays d'Auge, ou encore les jardins familiaux.

D’autres programmes ont aussi été conduits, sur les savoir-faire toujours, dans la fonderie de cloches, ou encore sur un secteur en pleine transformation en Basse-Normandie : celui du cheval de trait. Ou encore - et il s’agissait là d’un nouveau terrain – sur l’habitat social pavillonnaire, autour des modalités d'appropriation et représentations d'un type de logement dont l'histoire présente en Basse-Normandie une grande continuité.

À relever également des recherches sur le thème de la petite métallurgie et de la quincaillerie dans la région de Tinchebray d'une part, et d'autre part sur le thème du port de commerce de Caen et de la basse vallée de l'Orne.

On notera parmi les programmes les plus récemment menés : une opération de collecte de la mémoire orale des employés des filatures, teintureries, entreprises de tissage et de confection de la région de Flers ; une étude sur les savoir-faire traditionnels dans les métiers du bâtiment (silex, terre); deux enquêtes sur les acteurs et lieux-ressources du patrimoine maritime et patrimoine industriel  en Basse-Normandie, ou encore un programme de repérage du patrimoine filmique documentaire relatif à la Basse-Normandie.

On soulignera enfin un investissement accru du CRéCET sur le terrain urbain mais aussi une approche renouvelée du milieu rural envisagé sous l’angle des nouvelles formes de sociabilité qui s’y déploient aux travers des réseaux notamment associatifs pour le maintien d’une agriculture de proximité (amap) La plupart de ces programmes de recherche ou de documentation font l’objet d’une valorisation par le CRéCET ou en collaboration avec les partenaires impliqués, sous des formes aussi diverses que publications, expositions, mises en ligne, émissions radios,…


Recherches en cours - Recherches récentes - Retour haut


© 2016 CRéCET - Tous droits réservés

Création & hébergement Internet : Téïcée // référencé sur normandie-france.com


© 2016 CRéCET - Tous droits réservés - mentions légales